Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Une semaine à Marseille : la navette vers la Pointe Rouge

    MarseilleMarseilleMarseilleMarseilleMarseilleMarseilleMarseilleMarseilleMarseilleMarseilleMarseilleMarseilleMarseilleMarseilleMarseilleMarseilleMarseilleMarseilleMarseilleVous la prenez avec un ticket de bus. Nous avons acheté pour 10 euros un ticket de trois jours valable sur tous les transports en commune... dont le bâteau.

  • Une semaine à Marseille : le ferry-boite (le ferry-boat)

    MarseilleMarseilleMarseilleMarseilleMarseilleMarseilleEn face du café de la marine.

    Maintenant à propulsion électrique.

    Par grande chaleur, c'est bien pratique ! quand le vent ne souffle pas trop fort.

  • Une semaine à Marseille en juin, notre rue et notre appartement

    MarseilleDépart de Nantes avec Ryanair (autour de 70 euros AR pour deux ! L'avion était plein à l'aller comme au retour. Quant au train ... la SNCF sous peu va nous proposer de passer par Paris. Une nouvelle version du "22 à Asnières". Ah l'aménagement du territoire ! ce n'était pas dans les programmes des candidats à la présidence de notre République)

    Quand nous sommes arrivés à Marignane, il faisait 30° C à 9 heures. On a eu 7 jours de ciel bleu. Pourquoi aller loin chercher le soleil et de quoi visiter ? En plus on avait à côté de chez nous des concerts, un festival de danses...

    Nous avons loué un appartement au Panier, à 3 minutes du Vieux Port, rue Caisserie. 400 euros la semaine. Avec vue sur les mats des bâteaux et sur l'abbaye St Victor.Marseille

    L'escalier de l'immeuble prépare aux balades dans les calanques.

     

    Des photos prises dans la rue, en allant vers la Canebière.

    MarseilleMarseilleMarseille

    Marseille

    238.JPG237.JPGMarseilleMarseilleMarseille

  • Une tique

    Je l'ai détachée de la peau de mes c... ! Je vous le jure sur mon couillon, comme on le faisait avant de le faire sur le crucifix, et comme nous le rappelle F. Rabelais.

    Ah l'écologie ... de la tique !

    tique