Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les rendez-vous de l'Erdre 2010 à Nantes

    023.JPG024.JPG026.JPG027.JPG028.JPG030.JPG031.JPG029.JPG032.JPG034.JPG036.JPG037.JPG038.JPG039.JPG040.JPG041.JPG042.JPGVous reconnaîtrez peut-être Jean-François parmi les musiciens de la fanfare d'archi de Nantes, sur la péniche Lola.
    Hélène et Jean-François que j'ai fait intervenir deux fois lors de dîner de conférences, une fois à l'abbaye de Fontevraud et l'autre fois à Cambronne à Nantes.

     

    http://www.rendezvouserdre.com/

     

    Sur une photo on voit le départ du tunnel qui passe sous la cathédrale pour relier l'Erdre à la Loire.

    Il y a une dizaine de concerts en parallèle. Vous ne voyez qu'un tout petit extrait de ces fêtes fort sympathiques et tout est gratuit. Le gratuit vaut encore quelque chose, non ?

  • Le R.U. (Restaurant Universitaire nantais) vu par des étudiants américains (des USA)

    "

    Depuis deux ans, la plupart de mes déjèuners se composent de Pizza Hut, Buffalo Chicken Salad ou des choses de Market Central (qui est épouvantable, mais parfois, on n’a pas de choix). Toujours, à l’Université de Pittsburgh m’a donne de la nourriture très cher et pas très bon (rien ne dit pas <<miam>> comme le stir fry brûlé). Tout les tables à Market Central sont poisseuse, à cause de soda, qui tout le monde buvait aux États-Unis. La courroie qui on mets leur plateaux sont toujours sale; il semble qu’il n’y a quelqu’un qui la nettoye. Et le pire, cette nourriture terrible et cet environnement désagréable me coût $11 (qui, pour l’instant, est 9€15).

    Alors, imaginez-vous ma surprise quand je suis arrivée à Nantes et j’ai trouvé qu’il existe un établissement qui s’appelle <<Restaurant Universitaire>>, ou <<Le Resto U>>.  Le Resto U c’est La Mecque pour les étudiants américain. Le Resto U c’est un établissement dans tout la ville en France. Là, les étudiants peuvent avoir un repas légitime. Pour juste 2€90 ($3.49), on peut manger un repas avec une entrée, un plat et aussi un dessert! Chaque jour, les choix sont différents, mais tout les jours, pour les plats, il y a un type de pâtes, de pizza et deux ou trois options de viande et de garnish. Pour les entrées, il y a cinq ou six choix, d’habitude, elles sont des legumes. Et pour le dessert, les choix varient entre compotes de pommes et le mousse au chocolat! Il y a des machines pour les sodas, mais il y a un coût supplementaire et tout le monde est content de boire les pichets d’eau. Aussi, tout les jours, Le Resto U est propre, plus propre que Market Central (même si les tables et les courroie).

    Selon moi, il sera difficile de rentrer à Market Central, ayant été présenté au Resto U. Pourquoi voudrais-je l’environnement et la nourriture de Market quand je peux avoir un cinq étoile repas au Resto U? "

     

    source :

    http://pittinnantes.wordpress.com/page/2/

     

    P.S. Chers étudiants de Pitt, vous avez constaté que les étudiants français sont prêts à dépenser un large % du prix du repas pour payer en plus du coca-cola. Et pendant ce temps, nous payons de la publicité officielle de l'Etat français pour nous raconter qu'il faut éviter l'obésité !

    Mais la mode US a envahi la France. Les bonnes choses US ne viennent pas chez nous, seulement la ... Pourtant il y a de tout aux USA, du très bon et du très mauvais. Arrivez-vous à apprendre le français en écoutant de la chanson en langue française ? C'est fort rare à la radio.

  • Le Festin de Babette

    " On se souvient du Festin de Babette (peut-être davantage du splendide film de Gabriel Axel, où Stéphane Audran livrait enfin la grande performance dont on savait confusément qu’elle était capable, que de la nouvelle qui l’a inspiré), où Karen Blixen confronte une communauté norvégienne confite en dévotion luthérienne à l’art culinaire français dans ce qu’il a de plus ésotérique — en l’occurrence, de la soupe à la tortue, du Pommard et des cailles en sarcophage. Babette a fui la France qui la pourchasse pour avoir participé à l’insurrection communarde. Elle se retrouve servante de gens qui ont fait de la simplicité un mode d’être et de sentir — eau fraîche et soupe de seigle à tous les repas. Elle a l’occasion de leur offrir un festin. Et voici que par la grâce de son art (un art, messieurs les pédagogues, pas une technique), elle « arrache leurs sens au sommeil », comme dit Finkie.

    Et l’article décolle. On comprend que ce qui se joue là, dans la façon dont, malgré leur foi rigide, les convives réagissent au merveilleux dîner, c’est, à proprement parler, une relation pédagogique. Ou ce qu’elle devrait être.

     

    Finkielkraut nous en dit assez pour que mon interprétation ne soit pas arbitraire — même si chacun voit midi à sa porte —, mais profondément justifiée. « Babette avait montré avec éclat, explique-t-il, que l’art a la double vertu de déployer les différences et d’attester l’unité du genre humain ». On sent venir la conclusion : « En tant que communarde, Babette a lutté les armes à la main pour l’égalité. En tant qu’artiste, elle a illustré et défendu la distinction. »  Et d’enfoncer le clou : « Karen Blixen, à la fin de ce conte, crédite l’art d’avoir rétabli l’harmonie. Mais elle souligne en même temps la dissonance, le différend voire la contradiction entre les règles et les idéaux respectifs de l’art et de la démocratie. Elle montre même, avec l’exemple de Babette, quelle intensité paroxystique cette contradiction peut atteindre. Voilà sans doute la part du récit la plus indigeste pour l’esprit de notre temps. Son seul Dieu, en effet, c’est la Démocratie. Ce dieu jaloux qui a dénoncé l’idéal ascétique et qui ne supporte pas qu’on plaisante avec ses valeurs, dit partout son amour de l’art mais ne se fait pas à l’idée d’une classe cultivée, il veut la peau des héritiers, bref il déteste tout ce dont l’art, si universelle que soit sa portée, a besoin pour vivre. Au nom de la défense des droits de l’homme, il prêche l’indiscrimination, il prononce l’équivalence des formes et il décrète que tous les goûts sont dans la culture. »

     

  • Vietnam : scènes de rue, vendeuses

    201.JPG202.JPG226.JPG

  • Les jardins de St Clément en sursis

    Question ?

     

    Combien d'espaces verts en ville nos municipalités modernes écolo blabla blabla DD etc (Développement Durable bleu bleu bleu) ont-elles mis en place ?

    L'Evêché qui a besoin de sous ... on le comprend. Et les sous ... et le discours papal sur le DD ... bon, faut pas exagérer devant le " principe de réalité " ! l'évêché donc (tiens, j'ai laissé tomber la majuscule !) a vendu à un promoteur ses terrains de St Clément. Ils étaient jusqu'à présent loués à des gens qui, farfelus, y cultivaient leur jardin. Ils avaient mal interprété Voltaire. Juste réplique de l'Eglise à Voltaire ! au diable les jardins de plaisir. On s'en lave les mains.

     

    http://jardinstclement.unblog.fr/

     

    http://videos.tf1.fr/jt-13h/ils-se-battent-pour-conserver-leurs-jardins-familiaux-4821527.html

    Les écolos patentés qu'en pensent-ils ?

    Nos jardiniers du dimanche ont conservé les jardins. Ils vont bien sûr être virés un de ces jours. En attendant, ils nous ont invité dans le cadre des Rendez-vous de l'Erdre

    http://www.rendezvouserdre.com/

    Nous y étions hier, voici quelques photos ... pour montrer à vos enfants ... plus tard

     

    Merci à celles et ceux qui ont confectionné d'excellents gateaux.

    Je sais, je sais ... c'est un scandale ... il y aurait des gens qui auraient droit à des jardins. Des privilégiés. Des privilégiés. Pas comme les promoteurs. Et puis, zon qua prendre l'avion et aller à Marrackech ... ya un beau jardin.

    002.JPG004.JPG011.JPG015.JPG017.JPG019.JPG020.JPG021.JPG022.JPG